Depuis la fin du mois de Mars la règlementation Open Skies entre les Etats Unis et l'Europe à ouvert de nouveaux marchés aux compagnies des deux cotés de l'Atlantique. Elles peuvent réaliser des vols transatlantiques partant d'un autre pays que le leur.

Openskies - Boeing 757-200

Cela n'est actuellement que des code shares (partages de codes avec d'autres compagnies). Patience, les projets de vols ou de compagnies utilisant pleinement les possibilités de cet accord sont en cours de préparation. Certaines deviendront réalité cet année. Une d'entre elles "Open Skies" commence à faire parler d'elle.

Fresh skies

British Airways qui se supporte de projet à en effet décidé d'exploiter des lignes aériennes depuis New-York vers l'Europe. Les destinations ? Paris CDG dans un premier temps. Ensuite, Bruxelles tiendrait la corde.

Pour lancer ce projet ambitieux la BA à créé une nouvelle compagnie. Open Skies, c'est son nom, aura pour but de relier New York à l'Europe.

Pourquoi créer une nouvelle compagnie ? Selon Open Skies, le fait de commencer petit permet de s'adapter rapidement aux demandes des clients ou des changement du marché.

Blog skies

Cela ce voit sur le site officiel de la compagnie. Le ton est différent de celui de la maison mère. Pour preuve : l'utilisation d'un blog comme moyen de communication. La compagnie fait passer par ce moyen l'excitation de ses troupes à créer une nouvelle compagnie. Cela à commencé par les annonces de recrutement puis par les informations sur le business plan, les avions, l'agencement de la cabine...

L'intérêt de cette méthode est l'impression de mouvement donnée à ce site. Trop de compagnies en cours de création oublient cet aspect. Cela donne l'impression que leur projet est dormant ou abandonné.

Luxurious skies

Open Skies proposera trois classes:

Rien de bien innovant ? En apparence seulement. Il n'y aura, par exemple, que 30 sièges en econ soit dix rangées. Le reste est dédié aux classes affaires prem+ et biz. De plus, le faible nombre de passagers dans l'avion permet de réduire le temps passé au check-in.

Le concept est clairement inspiré de L'avion, Sikverjet, Maxjet ou de Eos mais ne se confine ainsi pas à un seul type de client.

Futures skies

Plus de place, moins de temps au chek-in,... Open Skies arrive dans un marché jusqu'alors exploité par des start-up dédiées à type de vols. Cela prouve, si besoin est, la réalité et la rentabilité de ce marché.

Cela prouve aussi qu'il n'est pas aisé de s'introduire dans un marché long courrier sans la puissance d'un hub. La plupart des liaisons long courrier ont besoin de la puissance d'un hub important. Sans cela les compagnies n'arrivent que difficilement à les remplir et les rentabiliser.

C'est ainsi que nous allons voir se développer des filiales de grandes compagnies hors de leur zone d'influence. Des petites start-up bien aidées par leur maison mère en attendant mieux.

Mieux pour les voyageurs lambda, ce sera le low-cost long courrier. Cela existe déjà en Asie avec Air AsiaX. En Europe, Ryanair a déjà clairement affirmé son attention de créer une filiale dédiée. Le futur a de l'avenir...